Un an d'échange à l'Illinois Institute of Technology of Chicago, ou lorsque le petit marseillais se rend au pays de l'oncle Sam et de Burger King... Au fan de pied il est pas fada ce minot?! Peuchère, à aller tchatcher avec les Ricains pendant un an, il va nous revenir complètement chèvre. Enfin, lui au moins il se cague pas!

mercredi 24 juin 2009

FIN

Voilà maintenant une semaine que je suis rentré à Marseille. Fini les buildings, fini les visites touristiques avec Skip', fini les footing sur la piste cyclable du lac Michigan, fini le campus de IIT, fini les expressions de la mort de Hakim, fini les "Skip' tu peux porter mon sac" de Guiz, fini les Johannes, Magnus et consort... Je suis de retour au pays de l'OM, des cagoles, des coups de klaxon suivi d'un "encul... BIP", du soleil, de la mer et de la chaleur.

Bien entendu j'ai retrouvé ma famille, mes copains et mon vélo, ce qui est super méga génial. Mais je dois dire que Chicago et les copains de IIT me manquent. Heureusement lorsque je suis en train de courir ou de faire du vélo je ne pense pas trop à ça. Et puis j'ai de superbes photos (merci pour la skyline de nuit Skip').


Maintenant que j'ai bien pleurniché, je vais essayer de vous dire mon ressenti à la descente de l'avion. Je pense que ce n'est pas un scoop: tout m'est apparu tout petit: aéroports, voitures, chaussées, portion de nourritures, verres... Pour ce qui est des infrastructures, c'est vrai que Marseille n'est pas ce que l'on fait de plus grand et bien rangé. Mais bon. Autre aspect auquel je m'attendais et que j'aurais préféré ne pas retrouver: la saleté des rues. Là encore, Marseille est number one dans ce domaine. Triste.

Je dirais que tout cela est le "mauvais côté français". Mais rien n'est
ni tout noir ni tout blanc, j'ai aussi retrouvé de bonnes choses. Il y a quelques années on a fêté le 2600ème anniversaire de Marseille. Lors des différents défilés organisés durant cette "party", il y avait une chanson qui disait "on est à Marseille, on est de Marseille et c'est à Marseille que les filles sont les plus belles". Sur le moment cette affirmation m'avait bien fait sourire. Mais après une année aux US, je dois dire que c'est un peu vrai ;-). A Marseille j'ai aussi retrouvé un temps estival. Fini le suspens à la fin de la présentation des prévisions météorologiques pour le lendemain. Ici c'est tous les jours ciel bleu, grand soleil et température entre 24 et 30°C. Pas trop chaud (comparé au Grand Canyon) et pas trop froid (comparé à Yosemite).
Durant toute mon année j'ai mangé au Commons, le restaurant scolaire situé sur le campus. Au sein des groupes d'Européens (et plus particulièrement chez les filles), il était souvent question de prise de poids. Il paraît que certains sont allés jusqu'à 10kg en un semestre. WAHOU!!! Perso je ne fais pas grand chose comme tout le monde. Je n'ai donc pas pris 10kg, mais j'en ai perdu 12kg! En cause? Une alimentation équilibrée, un changement de sport (fini le volley, vive la course à pied, le vélo, la natation et autres sports d'endurance). Il est vrai que ma petite escapade sauvage de trois semaines n'est pas innocente quant à ce score (j'ai perdu 3kg en trois semaines).
Etant donné mon activité physique je ne pense pas que je reprenne beaucoup de poi
ds. Mais ce n'est pas la faute à pas d'appétit. A Chicago j'avais toujours un bon coup de fourchette, mais je m'alimentais plus que je ne mangeais. Maintenant que je suis de retour à la maison, manger est vraiment un plaisir (Skip' tu n'es pas obligé de lire ce passage, tu risques de te faire du mal;-). Poulet rôti avec herbes de provence, tomates à la provençale, rougets sur leur lit de tomates, salade composée assaisonnée avec vinaigrette à l'huile d'olive, pain, fromage, saucisson... Enorme!!

Allez, je finis par un petit quelque chose marrant auquel je n'avais pas du tout pensé: lors de mes premiers jours en France j'engageais mes conversations avec les gens en anglais. Je n'ai pas eu de problème avec me
s parents et mes copains, mais lorsque j'avais affaire à quelqu'un que je ne connaissais pas, l'anglais arrivait toujours en premier. De quoi passer pour un vrai blaireau!

Je crois que j'ai pratiquement tout dit. Vous pouvez me laisser un comment
aire si vous avez une question ou que vous voulez en savoir plus sur un sujet précis. Vous pouvez aussi m'envoyer un mail, je répondrai.

Maintenant il va falloir que j'envoie mes voeux pour les options à l'INSA l'an prochain (et merd... il va falloir y retourner pour un an!), il faut aussi que je finisse mon compte-rendu pour toucher la fin de la bours
e ExPlora, et puis il faut que je règle tous les problèmes restés en suspens durant l'année. Bref, même si le blog s'arrête ici la vie continue. Le Petit Marseillais est rentré, mais il prépare déjà son futur voyage. Départ prévu soit en juillet 2010 soit en mars 2011. Il y a de fortes chances pour qu'il y ait un blog pour ce nouveau projet (bien plus important ("gros") qu'une année d'échange aux US). Si vous êtes curieux et aventurier venez jeter un coup d'oeil à ce blog de temps à autre. Il se pourrait bien que j'y mette le lien vers la suite des aventures du Petit Marseillais!


PS: mon futur projet demande des sponsors... Si par un heureux hasard vous aviez une idée, ne serait-ce qu'infime, pensez à moi, je vous en dirai plus sur ce qui reste jusqu'à maintenant énigmatique.







jeudi 18 juin 2009

Retour...

Voilà, c'est terminé, je repars. Les États-Unis c'est fini. Mon retour à Chicago a été court, trop court. Merci Skip', merci Hakim, merci Guizlane. On a bien rigolé. Mais laissez le temps de vous raconter tout d'abord mon transfert entre San Francisco et Chicago, je vous jure que ça vaut des billes.

Si vous êtes déjà venus aux US vous savez sûrement que les Américains ne sont pas des pros du transport en commun. Pas question de prendre le train (c'est lent et hors de prix), pas question de prendre le bateau (je ne pense même pas que ce soit possible de faire San Francisco Chicago en boat), pas question non plus de prendre le bus (onéreux, et infiniment long)... Reste donc l'avion, rapide et accessible, mais totalement imprévisible. Bien que le caractère imprévisible ajoute du piment au voyage, je vous direz que certaine fois on se passerait volontiers de cette caractéristique. Je suis tombé il y n'a pas bien longtemps sur un classement des compagnies aériennes les plus mauvaises. Je n'ai regardé que les 10 premières places... Et j'ai vite compris que c'était proche du classement des épreuves olympiques, à savoir que les États-Unis raflent les trois premières places. Ils veulent toujours être « les plus grands », « les plus forts », « les plus gros », « les plus ci », « les plus ça » et ils sont donc les « plus en retard » et les « plus mauvais services ». Durant mon année aux US j'ai volé six fois avec American Airline (4 retards, 1 annulation, 1 « on time ») et quatre fois avec United Airline (3 retards, 1 « on time »). Les statistiques parlent d'elles mêmes. Mes derniers retards, je les ai eu avec United en revenant de San Francisco.

Afin d'avoir un billet très bon marché, j'avais pris un vol San Francisco - Colorado Spring (sud de Denver) puis Colorado Spring - Chicago. A peine plus long qu'un vol direct, cela me permettait d'obtenir un billet à bas prix tout en testant un petit avion (50 places) et en ne passant que 40mn de plus dans les transports. Malheureusement il n'en a pas été ainsi.

En effet, pour une raison inconnue nous avons décollé de San Francisco avec un retard de plus de 1h30. Évidemment, ça s'annonçait compliqué pour ma correspondance. Première embuche. Ensuite, en approchant de Colorado Spring, le pilote a demandé à tout le monde (y compris à l'hôtesse), de s'asseoir et de mettre sa ceinture parce que nous étions proches d'une tornade (super rassurant). Pendant une dizaine de minutes l'avion a fait de drôles de sauts avant de finalement se poser à quelques centaines de kilomètres au sud de Denver. Là je me suis renseigné sur ma correspondance et on m'a dit que Colorado Spring était fermé pour cause de tornade, de même que Denver. Chouette! Finalement, après plus d'une heure d'attente on nous a fait embarquer. Mais une fois assis dans l'avion le pilote nous a dit que l'immobilisation des appareils au sol avait été prolongé d'une heure. En fin de compte nous avons décollé en direction de... Denver!! Hé oui, Colorado Spring est un petit aéroport, d'où très peu de vols partent pour Chicago. Moralité je me suis payé un petit vol Colorado Spring - Denver, c'est à 15mn. Avec ce nouveau retard du à la tornade, nous avons atterri trop tard à Denver pour que je choppe le vol pour Chicago. Je suis donc allé au guichet, où j'ai patienté quelques minutes pour finalement m'entendre dire « Well, this flight has been delayed too, and it should take off at 7:50pm. If you run you might catch it ». Il était 7:49pm, j'étais à la porte d'embarquement 59 et le vol pour Chicago partait de la porte 26. Me voilà donc parti dans un sprint à travers l'aéroport, avec ma sacoche dans une main, ma bouteille d'eau dans l'autre et mes grosses chaussures de montagne aux pieds. Je peux vous garantir que j'ai produit un super spectacle pour les gens attendant leur vol. Je suis arrivé devant la porte 59 cinq minutes plus tard, juste pour assister à la rétraction de la passerelle d'embarquement. Et merde!! Je questionne donc la personne qui venait de finir l'embarquement pour savoir quand est-ce que je pourrais avoir un vol. « With the tornado many flights have been delayed. You should spend the night here and take a plane tomorrow, there will be less people ». Quoi?!? Attendre le lendemain?!?

A ce moment je me suis énervé et je lui ai dit que j'étais parti à midi et qu'il était 20h et qu'à chaque fois que je prenais l'avion avec United c'était la même histoire et qu'il n'était pas question que je passe la nuit ici parce que sinon j'allais le dire à ma maman (non, c'est pas vrai, j'ai pas dit que je le dirais à ma maman;-).

En fin de compte la dame m'a fait un sourire et a trifouillé dans son ordi pendant un moment et a fini par me tendre un billet pour un vol le soir même, à 22h. Je suis donc arrivé à Chicago à une heure du matin, complètement déchiré, mais content d'être de retour « chez moi ». Là j'ai rejoins Skip', Halim et Guizlane, les trois rescapés de l'IIT pour 2 jours énormes. Suite au prochain post, il faut que j'aille faire la queue pour l'embarquement.



PS: je poste cet article rédiger à l'aéroport de Chicago depuis Marseille ou je suis arrivé il y a deux jours. Je mets un dernier post en ligne dans un jour ou deux :-(

dimanche 14 juin 2009

Back home... Ou presque

Bon, petit mot très très rapide pour dire que je suis de retour dans la Windy City pour deux jours. Je ne vais pas trop m'attarder sur ce post parce que je veux profiter à fond de mes dernières heures à Chicago.
Le transfert entre San Francisco et Chicago n'a pas été facile. Trois avions, deux connections, une tornade... Je vous raconte tout ça prochainement, peut-être demain, pour sûr après-demain.
A très bientôt!

mercredi 10 juin 2009

Yosemite 1 - Petit Marseillais 0


J'espere que tout le monde a eu le temps de lire le dernier article et de regarder les quelques photos que j'ai mises en ligne. J'espere aussi que je ne vous ai pas trop inquietes avec mon recit d'evanouissement. Je suis vraiment desole si vous en avez encore les fesses qui applaudissent! Si vous ne vous sentez pas d'attaque pour de nouvelles aventures, vous pouvez toujours attendre un peu avant de lire ce nouvel opus sur mon sejour entre le parc national de Yosemite et la High Sierra Nevada. Mais je peux vous dire tout de suite qu'il n'y a ni evanouissement, ni sang, ni quoi que ce soit de violent dans ce recit. Alors ready? C'est parti!

Alors voila. Apres etre remonte du fond du Grand Canyon, j'ai passe une journee a faire le touriste. Je dois dire que la vue depuis la South Rim est indeniablement la plus impressionnante et je comprends tout a fait que certaines personnes ne passent qu'un jour au Grand Canyon. Cependant, afin de bien s'impregner de l'ambiance, de la taille et de la dangerosite du canyon, rien de tel qu'une petite escapade de quelques jours dans l'antre de ce gigantesque oeuvre geologique. Generalement, apres le Grand Canyon les cars de touristes se dirigent vers Las Vegas, LA, San Francisco ou le lac Tahoe (tres belle destination soi dit en passant). Il y a en d'autres qui prennent la direction de Yosemite. Je ne suis pas parti en voyage organise, ce qui fait que le transfert n'a pas ete simple, mais j'ai pris la direction de Yosemite. Une fois encore, la majorite des gens restent a Yosemite Village et se contentent de travailler de l'index pour prendre en photo des cascades et des montagnes dont il ne savent pas le nom, ou alors dont ils pensent savoir le nom. Les plus temeraires montent a Half Dome ou a Glacier Point.

Vous vous doutez surement qu'em debarquant a Yosemite je ne comptait pas me prelasser au soleil pendant 10 jours. Mon but, il me semble que je vous l'avais dit etait de rejoindre Carson Pass en suivant le Pacific Crest Trail. Cela represente une trotte de quelques 250km dans la High Sierra Nevada, c'est a dire sur des sentiers compris entre 8000 et 11000ft.

Comme je suis legerement fele et un peu aventurier sans pour autant etre completement allume, je m'etais renseigner sur les conditions du terrain a cette periode de l'annee. Les personnes que j'avais contactees m'avaient repondu que je risquais de rencontrer beaucoup de neige sur les cretes alors que les torrents de fond de vallees seraient de veritables fleuves difficilement franchissables. Ces ens m'avaient conseilles d'attendre un peu, la meilleur saison pour cette traversee etant juillet. Le probleme c'est que je suis tetu et qu'en plus a partir du 15 juin je suis "illegal immigrant" aux US. C'etais donc decide: j'essaierai. Meme si le terrain et les conditions sont tres differentes, apres une semaine dans le Grand Canyon je commencais a avoir l'entrainement. Mais c'etait sans compter sur la force de persuation de la High Sierra.

Ma premiere etape etait une sorte de boucle dans Yosemite Valley. Une petite vingtaine de miles avec 3500ft de denivele positif pour atteindre Glacier Point puis 3500ft de denivele negatif pour retourner a Yosemite Valley, le tout avec mon sac a dos de pres de 25kg histoire de tester ma condition physique. Apres un depart en douceur a 6h du matin, j'atteignais Camp 4 (camping pour baroudeurs de Yosemite) vers 16h avec une pause de plus d'une heure pour admirer la vue depuis Glacier Point et surtout reperer toute trace de neige sur la route a suivre les prochains jours. Premiere journee plus que positive etant donne le temps realise pour terminer l'etape compte tenu de la difficulte et l'abscence de neige (apparement) dans la vallee a suivre le lendemain. Seule ombre au tableau une forte douleur dans l'epaule droite (fichu bourrelet glenoidien de merd...) et dans le gros orteil gauche. La douleur dans l'epaule est restee tout le temps de mon trip, surement le poids du sac. Mon orteil s'est calme, mais je garde un bel ongle tout noir! Bref, pas de quoi m'arreter.

Le lendemain je suis parti a l'aube, plus de 4000ft de denivele positif en prevision pour la journee. Je me suis perdu une premiere fois. Le chemin courrait sur des plaques de granite immenses. Sans aucun trace de peinture, pas facile de suivre la trace! Heureusement avec une carte, une boussole et un peu d'experience je suis retombe sur mes pieds. J'ai ensuite eu droit a une ou deux traversee de torrent en furie: pas evident et assez impressionnant. Finalement je suis passe au dessus de 8000ft et je me suis retrouve les deux pieds dans la neige.

La couche n'etais pas trop epaisse ce qui me permettait d'avancer. Il me fallait cependnat etre tres prudent etant donne qu'a certain endroit la neige faisait de ponts tres minces qui s'effondraient sous mon poids (pres de 100kg avec le sac!). Plus d'une fois je me suis retrouve avec une jambe completement enfouie. Pas facile de se sortir de la! Et puis le ciel s'est couvert et il a commence a pleuvoir. Pas tres fort, mais le ciel se faisait de plus en plus noir et le tonnerrre de plus en plus fort. Bref, il fallait s'arreter et monter la tente tres vite pour eviter une rincee. Le probleme c'est qu'entre les endroits ou il y avait de la neige et les endroits detrempes parce que la neige venait tout juste de fondre, ce n'est pas facile de trouver un coin pour camper. En plus de ca il me fallait des "arbres a branches" pas loin pour pouvoir prendre ma bouffe etant donne que je n'avais pas de canister (regardez les photos pour en savoir plus).

En fin de compte j'ai trouve un coin, monte la tente en 4 minutes chrono et me suis refugie a l'interieur. Une dizaine de minutes plus tard il a commence a tomber des grelons d'un demi centimetre de diametre avec une intensite de feu. Checkez les photos pour en savoir plus. Pour une premiere journee j'avais ete servi en emotion. Bien que j'eu les pieds trempes ( torrent + neige), j'avais rempli le contrat et termine l'etape programmee.

Du a mon evanouissement, mon premier jour dans le Grand Canyon avait lui aussi ete mouvente. Pas de quoi donc s'inquieter. Mais la High Sierra de Yosemite est alle plus loin que le Grand Canyon. Lorsque j'etais en Arizone j'ai recu un avertissement le premier jour. Mais par la suite le Grand Canyon a ete gentil avec moi et j'ai pu finir ma randonnee sans problemes (autres que ceux lies a ma bouche;-). Lorsque je me suis retrouve en pleine Sierra Nevada, mes mesaventures du premier jour se sont poursuivies durant les jours suivants. Les torrents sont devenus de plus en plus gros et difficiles a traverser, la neige et devenues de plus en plus presente, le chemin a completement disparu sous le manteau blanc et les arbres tombes durant l'hiver, avec l'altitude les orages se sont faits de plus en plus violents, les temperatures sont devenues de plus en plus froides... Dans ces conditions, parcourir 1 mile devenait une epreuve physique et mentale a la fois. Le parcours que j'avais prevu ne me prendrait pas une dizaine de jours mais plutot trois semaines, avec un risque de me perdre plus qu'eleve. N'ayant que deux semaines de nourriture sur moi, tout juste un piolet et une veste de montagne pas tres chaude et desireux de revoir ma famille, mes amis et mes lecteurs :-), j'ai felicite la High Sierra pour sa force de persuasion et j'ai decide de rebrousser chemin. La solution la plus simple aurait ete de retourner a Yosemite par le meme chemin, mais je n'aime pas trop ca, alors j'ai pris la decision de faire une boucle afin de passer par le barrage de Hetch Hetchi, Eagle Peak, El Capitan, the Three Brother et Yosemite Fall. A priori, 3 ou 4 jours de marche, ce qui me laissait un peu de temps pour ensuite crapahuter aux alentours de Yosemite pour quelques jours. Mais une fois de plus les elements ont eu raison de mes plans.

Pour resumer rapidement avant de vous laisser en compagnie de quelques photos, apres avoir vu mon premier ours (j'en ai vu 5 en tout, le premier est impressionnant et puis on s'habitue:-) je me suis retrouver dans une foret qui a brulee il y a quelques annees. De ce fait les arbres sont toujours debouts, mais beaucoup sont morts et donc tres faibles. En plus de ca, le sol est recouvert de "manzanita", un buisson pouvant atteindre 2m de haut et rempli d'epine. Comme si ce n'etait pas assez, le sol est jonche de troncs dont le diametre de certains excede 2m. Pas facile dans ces conditions de suivre un chemin! Apres plus d'une heure a batailler la dedans je suis arrive dans un marais, ce qui fait que j'ai perdu completement la trace. J'ai alors decide de continuer un peu a la boussole histoire de voir si je pouvais retrouver la sente. Mais j'ai fini par me perdre completement. Et puis comme si ma situation n'etait pas assez critique comme ca, il a commence a tonner puis des grelons enormes se sont mis a tomber. Le vent a commencer a souffler de plus en plus fort. Des arbres ont commence a tomber un peu partout, dans un bruit de bois qui casse effarant. Avec tous ces nuages et ces grands arbres il faisait tres sombre. Je n'en menais vraiment pas large. Il etait pres de 16h30, ce qui signifiait qu'il faudrait que je m'arrete prochainement. Hors impossible de rester dans un endroit aussi dangereux pour la nuit... Deux solutions se presentaient a moi: continuer ou renoncer? Et puis la foudre est tombe juste a cote de moi. Un truc de fou. Une lumiere et un bruit comme vous ne pouvez pas pas vous l'imaginer. Meme aujourd'hui je ne trouve pas les mots pour decrire le bruit et la lumiere que cela dont j'ai ete entoure, de meme que la peur qui a suivie. Mon coeur s'est emballe comme il ne l'avait jamais fait. Tout mon corps s'est mis a trembler. En depis de mon gros sac a dos, ma fatigue et du terrain difficile je me suis mis a courir. Je n'avais qu'une seule idee, retrouver le chemin et sortir de cette foret au plus vite. La grele avait rendu la vegetation trempee et les troncs au sol tres glissants. Plus d'une fois j'ai failli me casser la figure. Mais il me fallait absolument rester debout. En tombant je pouvait me casser quelque chose ou pire etre embrocher sur une branche d'un arbre mort gisant au sol (et c'est pas des blagues). Apres plus d'une heure de combat contre la nature j'ai finalement reussi a m'extirper de cette foret maudite pour moi. Completement trempe, les jambes en sang et encore tout tremblant, mais tellement heureux de voir que les nuages s'etaient dissipes.

J'ai ensuite passe la nuit en esperant qu'il ne pleuve pas. Le lendemain je suis retourne a Hetch Hetchi Reservoir ou j'ai rencontre un couple de retraites cailforniens en route pour Yosemite Valley. C'est donc en voiture que je suis retourne a Camp 4.

J'ai passe trois jours a Yosemite Valley. Un jour de repos a panser mes blessures mentales dues a l'experience vecue deux jours auparavant. Mais on dit toujours qu'il ne faut pas rester sur un echec. Le jour suivant je suis donc monte a Half Dome puis pour ma derniere sortie je suis alle faire un tour du cote de Yosemite Fall, puis North Dome, Indian Rock et Mirror Lake. Ces deux randonnee de la journee sont magnifiques. En plus de ca j'ai rencontre a Yosemite des gens super sympas. Une bonne consolation!

Pour conclure sur ce chapitre "randonnee extreme" je crois que je poeux dire que j'etait un peu tard pour le Grand Canyon (deja trop chaud mi mai) et un peu tot pour la High Sierra Nevada (trop de neige et trop d'eau). En depis de ce que j'ai pu vivre, je garde de tres bons souvenirs, de tres belles images, de bons amis... Et l'envie de recommencer!



Voici quelques cliches. Pour plus de photos et plus d'explications, rendez-vous en France dans moins d'une semaine maintenant!

Yosemite

samedi 6 juin 2009

Grande frayeur dans le Grand Canyon



Allez, je me lance dans le 101eme article. Le clavier est un QWERTY et je ne sais pas si je pourrai mettre des photos en ligne rapidement, mais je tente.

Comme a chaque fois que je suis parti en vqcqnces cette annee, j'ai vu et vecu beaucoup de choses et je n epeux pas tout raconter en detail sur le blog. Ce serait bien trop long et ininteressant pour beaucoup. Ce que je vous propose plutot c'est de vous raconter une anecdote ou deux de mon "packpacking" dans le Grand Canyon et de mettre en ligne un album photos avec des legendes detaillees. Je ferai de meme pour Yosemite et la High Sierra dans quelques jours.

Le Grand Canyon est imperssionnant, tant pour les couleurs que la taille des falaises, le debit du Colorado, la chaleur qu'il y regne, les cactus que l'on y trouve et les serpents a sonnettes qui le peuplent. Je ne vous ferai pas un topo sur tout cela, les images sont surement meilleurs que les mots en terme de description.

Ce que les images ne peuvent pas montrer est le caractere dangereux du Grand Canyon. Au depart de chaque chemin est contee l'histoire de Margaret Bradley, decedee de deshydratation au fond du Grand Canyon il y a quelques annees. Si Magaret est citee en exemple, c'est parce qu'elle etait une etudiante de 24 ans en excellente forme, ayant couru le marathon de Boston en moins de 3h30 quelques semqines avant sa visite a Grand Canyon Village... Combien de personnes peuvent courir un marathon en moins de 3h30? Et pourtant le Grand Canyon a eu raison d'elle.

Je connaissais cette histoire avant d'aller en Arizona et cela ne m'inquietait pas. Il y avait une grande difference entre Magaret et moi. Elle n'avait jamais fait de randonnee et etait partie pour une promenade en plein apres midi avec juste un litre d'eau. J'ai deja pas mal rouler ma bosse a travers monts et vallees et je partais pour cinq jours. En plus de ca je viens de Marseille et j'ai l'habitude des Calanques et de leur terrain sec et rocailleux. J'aime la chaleur. Je pensais vraiment etre pare pour le relief et les temperatures du Grand Canyon. Et pourtant...

Alors voila, l'histoire commence comme prevu le 18 juin par la descente dans le canyon depuis la South Rim. Descendre dans le Grand Canyon pour cinq jours signifie quelques 5 heures de denivele negative avec un sac d'une vingtaine de kilos. Pas evident, mais faisable en partant tot.

6h30 me semblait bien. Mais c'etait sans compter sur le fait que des 9h30 le soleil tape et il fait tres tres tres chaud, j'en ai fait la dure experience!

En effet, a 10h je me suis engage sur Tonto East Trail, un sentier repute comme dangereux car peu frequente, sans eau, peu entretenu et tres chaud. Mais je ne crains pas la chaleur... Enfin pas celle de Marseille. A 10h dans le Grand Canyon il fait quelque chose comme 50 degres celcius. Apres 4 heures, d'effort, je commencais a drolement souffrir. Le sac me paraissait plus lourd, la chaleur pesante, le chemin tres long. Ma premiere etape devait se terminer a Monument Creek, le seul et unique ruisseau "running' a cette periode de l'annee. Et pourtant je n'entendais rien, pas un bruit d'eau. J'etais tout seul au fond du canyon en cette fin de matinee par 50C avec plus que 2 litres d'eau. Fatigue? Faim? Soif? Stress? Peur? Sans doute tout a la fois. Le fait est que je me suis evanoui au fond du canyon.

Lorsque je me suis reveille, j'etais face contre terre, du sang plein la bouche et du sable plein la figure. Je ne pense pas etre reste inconscient un long moment. Je pense que ma chute m'a reveille immediatement. Avec le recul je pense avoir eu beaucoup de chance. En effet, je me suis evanoui alors que je faisait une pause. Je n'avais donc pas mon gros sac sur les epaules. En plus de ca, je me trouvais sur un replat sans rocher pointu et sans cactus. Enfin, j'avais mes mains sur me genoux, ce qui fait que je suis tombe, mais pas de toute ma hauteur, ce qui m'a reveille sans trop "m'abimer".

Je suis reparti et ai finalement trouve Monument Creek et l'eau salvatrice. J'ai repris mon chemin le lendemain pour completer le programme prevu. Il a etait difficile pour moi de m'alimenter les jours suivant tant l'interieure de ma bouche avait souffert dans la chute. Mais je savais que je devais boire et manger pour ne pas connaitre a nouveau le meme scenario.

De cette experience douloureuse je garde une petite cicatrice au dessus de la levre superieure et un kyste dans la levre inferieure. Bien peu en comparaison de ce qui aurait pu m'arriver. Mais plus que des traces physiques, je garde un grand respect pour le Grand Canyon :-) et une grande lecon: boire et manger abondamment durant l'effort. Le Grand Canyon a failli avoir ma peau, mais il n'a pas reussi a me faire renoncer a mon projet. Yosemite est alle un peu plus loin, mais je suis toujours entier. OUF. Je vous conte mes aventures dans la High Sierra lors du prochain post (et je tache de vous mettre quelques photos d'ici la)

Grand Canyon

vendredi 5 juin 2009

Retour a la civilisation

Coucou a tous apres quelques semqines de silence je suis de retour au pays d'internet. Mes trois semaines en pleine nature se sont bien passees... Enfin, disons que je suis de retour en un seul morceau, ce qui est pas mal. Mon "trip" n'a pourtant pas ete un lomg fleuve tranquile.
Le Grand Canyon a failli avoir ma peau et la High Sierra a reussi a me faire renoncer a mon projet, ce aui n'est pas evident! Enfin, je garde tout de meme de beaux souvenirs de ce periple. Je vous raconte tout ca plus en detail dans le prochain post. Pour le moment je vai saller me coucher. J'ai bien besoin de recupere de mes emotions et des mes efforts. Un bon lit ne peut que me faire du bien.
J'aimerais passer trois messages personnels pour finir.
Premierement, pour mes parents, leur dire que je suis toujours vivant et en un seul morceau.
Deuxiemement, pour mes soeurs, pour les feliciter pour leur troisieme place sur 5000m dans leur categorie respective (je sais que ca commence a dater, mais il n'y a pas internet au pays des ours)
Troisiemement, pour mon blog, qui fete ses 100 articlesa avec ce post. Ne soyez pas timide, vous pouvez lui chanter un petit joyeux anniversaire tout seul devant votre ecran, je suis certain que ca lui fera plaisir!!

samedi 16 mai 2009

Ne pas confondre black biere et black bear



Holala, mes amis je suis vraiment charrette là. Il faut pourtant que je finisse tout ce que j'ai à faire avant de partir parce que dans 12h, au revoir Chicago! Mais je vous avais promis un petit topo sur les vacances qui m'attendent et comme je suis un homme de parole (qui a ri??) et bien je vais le faire.
Alors voilà, durant toute l'année scolaire je suis resté dans les grandes villes nord américaines. Chicago bien sûr, mais aussi Miami, Montréal, Boston, Philadelphie, New York... Je vous le disais déjà après Winter Break, j'ai besoin de temps en temps de quitter la ville pour trouver un peu de calme et d'effort physique en pleine nature. Rien de mieux pour cela que la randonnée. Je pense que vous avez tous entendu parler des Parks Nationaux tels que Yosemite ou Yellowstone. Si ce sont les plus connus, ce ne sont pas les seuls. Il y en a une multitude, plus ou moins répartis sur l'ensemble du territoire américain.
Lorsque vous êtes étudiant d'échange aux US, votre VISA prend fin le jour de la fin des cours (hier pour moi). Ca fait un peu short pour faire ses bagages et partir n'est-ce pas? Mais dans sa grande bonté, le gouvernement de Burger King autorise les "aliens" à rester 30 jours supplémentaires après la fin de leur VISA. Il suffisait juste de me le dire!! Sachant que j'ai fini le 15 mai, je peux rester jusqu'au 15 juin. Et j'ai pris mon billet d'avion pour la France le??? 15 juin, of course!!. Mais alors qu'est -ce que je vais pouvoir bien faire d'ici là?
En gros il y a deux options majeures. La première est l'option "black biere". Elle consiste à visiter les grandes megalopoles, le plus souvent par le biais d'un road trip. Si les lieux géographiques changent, les étapent se termine
nt presque toujours de la même façon, à savoir par une imbibation d'alcool en boîte de nuit. Le second choix est l'option "black bear". Cela consiste à s'échapper du train train quotidien et des grandes densités de population pour aller découvrir des paysages invisibles depuis le bord des routes. Ce type de vacances se terminent plus ou moins toujours de la même façon, c'est à dire par une forte odeur, une petite barbe et une certaine satisfaction de l'effort accomplie.
Je ne vous demande pas de deviner quelle option j'ai choisie. Je pense avoir été assez clair quant à ma position durant les précédents articles. Voici donc mon programme de randonnée en solitaire (sur les quelques personnes auxquelles j'ai parlé de cette expédition, aucune n'était prête ou dispo pour m'accompagner).
Départ demain matin à 3h pour un vol Chicago->Phoenix en Arizona. De là, deux bus doivent me permettre de rejoindre le Grand Canyon. Bien que je n'ai pas de permis et que je ne compte pas en prendre étant donné qu'il y a une file d'attente, mon plan est quand même de randonnée dans le Grand Canyon durant cinq jours. Afin de ne pas trop rencontrer de rangers, je resterai un peu loin des sentiers autoroutes que sont les South and North Kaïbab and Bright Angel. Il me faudra pourtant àun mome
nt randonner un peu dessus. Espérons que les rangers auront autre chose à faire ce jour là! Ce qui inquiète un peu dans le Grand Canyon c'est qu'il fait très chaud. S'en suit donc une certaine faune (serpent à sonnette et scorpions en tête) et un environnement très sec. Normalement, je devrais rencontrer une source d'eau par jour, ce qui devrait être suffisant. Mais avant de descendre dans le canyon, j'irai faire un tour au bureau des guides histoire d'être sûr que les cours d'eau sont alimentés (il n'a pas plus depuis plus d'un mois en Arizona). Une fois que je serai "done" avec le Grand Canyon, je prendrai la direction de la Californie et du Parc de Yosemite.
Le transfert Grand Canyon-> Yosemite est quelque peu compliqué puisqu'il m'oblige à un voyage en train et bus de 28h via Los Angeles. On verra ce que ça donne. L'arrivée à Yosemite est prévu le 24 mai.
Mais si le parc national est le terminus de mon voyage en bus, il n'est qu'une étape dans mon trip. Je ne compte en effet pas aller à Half Dome, El Capitan, Mirror Lake et tous les autres coins à touristes que possède le parc. Mon idée est de monter le premier jour à Glacier Point afin d'admirer la vue (c'est tout de même une marche de 17 miles) avant de reprendre ma route le lendemain matin.
Entre la frontière mexicaine et la frontière canadienne court un sentier de plus de 3500km: le Pacific Crest Trail (PCT pour les intimes). Chaque année quelques toqués s'élancent depuis le sud de la Californie pour rejoindre le nord du Washington. Durée du voyage: entre 5 et 6 mois. Moyen de locomotion: les jambes. Villages traversés: aucun. Autrement dit, parcourir le PCT revient à passer près d'une demi année en pleine nature, traversant chaque jour des paysages plus somptueux les uns que les autres. Pour le ravitaillement, puisque je sens que certains vont me poser la question, il y a différentes possibilités: soit placer des provisions à certains endroits (attention au ours) soit commander à quelqu'un lorsque vous croisez une route.

J'avais appris l'existence du Pacific Crest Trail il y a deux ans, lors de mon séjour en Californie et je dois dire que j'avais été impressionné par la distance de ce sentier, les paysages traversés, la volonté nécessaire pour en arriver au bout... Et je m'étais dit que ça me tenterait bien de le faire. Le problème c'est que j'ai déjà un autre projet de la même trempe en tête (prévu pour dans un an, il y aura un blog!!) et j'avais donc mis le PCT sur liste d'attente. Mais maintenant que je suis aux US, je ne peux pas ne pas aller faire un tour sur ce chemin.
Ce sera chose faite dans trois semaines étant donné que je voudrais aller depuis Yosemite jusqu'à Carson Pass. Je partirai de Yosemite, c'est certain. Mais je ne suis pas sûr d'arrivé au bout. La route est longue et surtout haute (entre 2000 et 3500m). Il se pourrait donc que je sois obligé de changer d'itinéraire pour faute de neige. Vous vous doutez que dans de telles conditions il n'y a pas de serpents à sonnettes ni de scorpions et que la sécheresse n'est pas un problème. En fait c'est le contraire, à savoir qu'avec la fonte des neiges les torrents risquent d'être très gros et les traverser pourrait se révéler parfois périlleux. Mais je serai prudent. E
nfin, il y a des ours, les fameux "black bears", du poison oak (une plante dont le fluide présent sur les feuille est extrêment nocif, taper poison oak dans la recherche d'images google et vous comprendrez), des mountain lions, des lynx... Certains diront que c'est très risqué, je ne dirais pas le contraire. Mais pensez-vous vraiment qu'il soit plus prudent d'aller traîner entre LA et San Francisco en passant toutes ses nuits dans des clubs? La seule chose qui est un peu craignos dans mon cas c'est que je serai tout seul.
Voilà, normalement mon aventure devrait se terminer aux alentours du 5 juin. Je ne prends pas mon ordi avec moi. De plus, je pense que le téléphone portable ne passera pas, que ce soit dans le Grand Canyon ou au milieu du Pacific Crest Trail. Ne vous inquiétez donc pas si vous n'avez pas de nouvelles sur le blog d'ici le 7 juin. Cela ne voudra pas dire que j'ai été transformé en crotte d'ours. En revanche, s'il n'y a toujous pas de signe de vie sur iitchicago0809, vous pourrez alerter qui doit l'être.
Voilà, sinon aujourd'hui c'était le jour "chapeau robe" sur le campus. En langage correct je dirais que c'était le jour de remise des diplômes. Tous les "seniors" été donc déguisés. Tout au long de l'année, des personnes m'ont demandé si j'allais obtenir un degré de IIT. La réponse est "non" et je pense que c'est mieux pour les US comme ça. Vous comprendrez l'effet qu'une robe de "graduation" a sur moi en regardant la vidéo ci-dessous.
Allez, il est temps de porter mon PC chez Skip'. A dans quatre semaines. Je compte sur vous pour ne pas perdre le fil, c'est presque la fin de ce blog!!


Moins impressionnant qu'un 3/4lb King, mais ça devrait me permettre de tenir une grosse semaine!


video

vendredi 15 mai 2009

Top Notch Burger

Le temps presse. Il ne me reste plus que quelques heures à passer à Chicago et il me faut encore ranger toute ma chambre (je n'ai toujours pas commencé), préparer mes affaires pour mon mois de randonnée et vous mettre un article en ligne pour vous donner une idée de ce qui m'attend pour les quatre semaines à venir. Autant dire que je n'ai pas de temps à perdre et que j'essaie d'être efficace dans tout ce que je fais. Je ne pouvais cependant pas ne pas vous mettre de post sur ma soirée.
Samedi dernier, après notre petit tournoi de pétanque organisé par la FRA, Skippy nous a proposé d'aller à Top Notch pour aller manger ce qui est selon lui "le meilleur hamburger du monde". Il nous a bassiné avec cette histoire un long moment. Le problème c'est qu'à cette époque beaucoup d'entre nous (mais pas lui apparemment;-) avait des partiels à réviser et que nou
s ne voulions pas faire 25mn de train puis 15mn de bus juste pour aller manger un burger. Cependant Skip' insistait tellement et avait l'air tellement triste de devoir manger au Commons que nous lui avions promis d'aller à son resto vendredi soir, c'est à dire ce soir. Nous n'avions pas reparler de cette escapade culinaire de toute la semaine et je commençais à croire qu'il avait oublié. Mais pas du tout. Lorsqu'il s'agit du burger de Top Notch, Skip' est intraitable. La rendez-vous a donc été fixé à 18h ce soir, le restaurant fermant à 20h30 le vendredi soir.
Avec la fin des cours et les sorties nocturnes qui s'organisent un peu partout, peu de monde a répondu présent. Vous me direz, ils ont sûrement raison, un hamburger n'est rien d'exceptionnel et il y a sûrement mieux à faire un vendredi soir. C'est ce que je pensais aussi, mais comme je vous l'ai déjà dit Skip' à toujours des idées du tonnerre et j'ai donc décidé de joindre le petit groupe pour aller à Top Notch... Et je ne regrette pas mon choix!
Il est vrai que le meilleur burger du monde se mérite. Premièrement le trajet est long. Il vous faut plus de 30mn pour rallier le lieu du gueuleton. Ensutie le restaurant se trouve dans le sud, sur la 95ème, c'est à dire dans un endroit qu'il est soi disant peu conseillé de fréquenter. Mais pour être vraiment honnête avec vous, ce n'est pas du tout craignos, ou du moins ça n'en n'a pas l'air. Certes il n'y a que des noirs, mais pour un Marseillais ce n'est pas trop génant et je ne me suis jamais senti oppressé.
Une fois arrivé au restaurant, vous choisissez une table et quelqu'un vient pr
endre la commande. Je n'ai pas trop eu le temps de zyeuter ce que proposer le chef parce que Skip' et Khaled savaient déjà ce qu'ils allaient prendre (ce sont des habitués) alors que Tchan n'avait pas de préférence et que Adam avait très faim. Bref, tout le monde a eu droit à un 3/4lb King... Ce n'est pas Mc Do, les burgers ne sont pas fait à l'avance. Il faut donc un peu de temps avant de voir arriver son plat. Mais lorsque la serveuse vous amène LA chose, attention les yeux.
Un 3/4lb King c'est un hamburger de 15cm de diamètre avec un steak de près de 500
g, du fromage à foison et des frites pour bien agrémenter le tout. La première chose qui vous vient à l'esprit lorsque vous vous retrouver face à l'engin est "est-ce pour une personne ou pour une famille entière?". Ensuite vous essayer de fermer le "couvercle" sans que tout s'échappe, ce qui n'est pas évident. Mais vousn'avez fait que la partie la plus facile. En effet, le plus difficile reste à faire: mettre le burger dans la bouche, j'ai essayé pour vous, ce n'est vraiment pas évident. Chacun a eu droit à sa photo, et celui qui s'en est le mieux sorti est Skip'. Il faut dire qu'il n'en ai pas à son coup d'essai le bougre.
Même si vous avez très faim comme Adam ou que vous aimez beaucoup ça comme Skip', il vous fuadra au minimum 20mn pour venir à bout de ce monstre de la culture culinaire américaine. Et autant vous dire que si vous parvenez à terminer (ce qui n'est pas si facile que ça , n'est-ce pas Adam) vous serez rompu et vous ne reprendrez rien d'autre.

Une fois le gueuleton terminé il vous faut retourner sur le campus, ce qui veut dire reprendre le bus, puis le train, puis marcher. C'est là que la sortie devient marrante si Adam est venu avec vous. Après deux verres de Sprite et une moitiée de burger le pauvre Adam été HS. A chaque secousse du bus provoqué par le mauvais revêtement de la route on l'entendait gémir "nonnnnn!", "aouuuchhhh!", "mais il le fait exprès ou quoi?!?". A l'heure qu'il est le garçon doit bien dormir. Espérons que le burger soit allé au bout de la chaine digestive!
Sinon, il paraît que "top notch" est une expression qui signifie "first class", "excellent"... Après avoir goûté au burger on comprend mieux pourquoi!


La bouche d'un Petit Marseillais est bien trop petite pour un 3/4lb King!


Maître Skip', qui a passait l'épreuve dite "du bruger" avec Brio, Tchan, qui s'en est très bien tiré, Khaled, qui a obtenu une mention, le Petit Marseillais, qui a limité les dégats... Et Adam, qui a eut de grosses difficultés!


VACANCES

Bammmmbadambadambadammmm c'est les vacances!! Enfin presque, parce que j'ai toujours ce fichu projet à la noix. Certes je ne peux pas dire que mon investissement personnel dans ce projet soit fulgurant, mais il faut tout de même que je fasse un peu de figuration. Le "chef" de notre équipe a décidé que demain on travaillerai tous ensemble de 10h à 17h... Le projet étant du à 17h. Mais j'ai déjà annoncé que je ne pourrai pas être là tout de 10 à 17 étant donné que je dois aller au international center (je dois juste récupérer un papier, mais ça peut prendre très longtemps;-) et puis il faut que je range mes affaires parce qu'en ce moment même où j'écris ce post, ma chambre (enfin, mon côté) ressemble plus à un champs de bataille de polochon qu'à autre chose. Il y a des chose de partout, mais rien n'est à sa place. J'ai d'ailleurs sur ma gauche une pile de livres et de notes de cours qui risque à tout de moment de sécrouler sur mon clavier. Et puis il faut aussi que je profite de Chicago. Je vis mes derniers jours dans la Windy City!!
En terme de "profitation", j'ai commencé dès aujourd'hui. Après être aller récupérer mes billets de train à la Union Station située en centre ville, je suis allé acheter une boussole (et ouais Vinc') à Sport Authority (le magasin où je m'étais pris en photo en costume de hokeyeur et que la vendeuse m'avait pris pour un dégénéré, je n'ai pas retenté) je suis allé faire le touriste: Navy Pier, Michigan Avenue, Lake Shore, Millenium Park, the Bean... C'était terrible!
Lorsque je suis arrivé en Août il faisait tellement beau et chaud que je ne croyais pas que ce fut possible qu'il neige et qu'il fasse froid pendant tout l'hiver. Et puis la neige est arrivée, avec la glace et les températures négatives... Et avec les copains on a rapidement oublié la chaleur estivale au point de se demander s'il referait un jour beau et chaud. Et bien j'ai maintenant la réponse: oui! C'est incroyable comme ça change la vision de la ville.
Durant l'hiver, le downtown était toujours actif (so many people there), mais les parcs étaient morts: pas de fleurs, pas de feuilles, pas de promeneur... Avec le soleil et un peu de chaleur, les jardins refleurissent (enfin surtout les ouvriers replantent) et les gens resortent. C'est magique... A tel point que j'en arrive à me demander si je n'ai en fait pas rêvé qu'il faisait froid!
Bon, je vais m'arrêter là pour ce soir parce que je suis décalqué. Les deux prochains jours ne vont pas être de tout repos mais il faut pourtant que je ne sois pas trop mort pour les vacances. Le Grand Canyon et Yosemite déchiré ou malade, ce n'est sûrement pas ce que l'on fait de mieux!
Mon départ de IIT est prévu (et se fera) dimanche à 3 du matin heure locale. Promis je vous poste un article d'ici là avec un descriptif de mes vacances. L'avantage de vous dire ça au dernier moment c'est que je n'aurai pas le temps de lire les commentaires qui me diront que c'est trop dangereux et que je suis complètement toqué:-)



Chicago spring




lundi 11 mai 2009

J-2, F-1

Le titre c'est J-2, F-1. Ceux qui ont répondu H1N1, c'est pas mal. Ceux qui ont dit "touché", c'est marrant, ceux qui ont dit doping, vous avez gagné... Le prix de la pensée la plus originale. Il n'est en effet pas question dans cet article ni de virus, ni de bataille navale et encore moins de drogue dure. J-2, vous vous en doutez sûrement c'est le nombre de jours qui me restent avant les vacances. F-1, c'est un peu plus compliqué, mais si vous avez bien suivi les derniers articles, vous pouvez de quoi il s'agit. Alors? Besoin d'un petit coup de main? En américain on ne dit pas "partiel", on dit "final". Do you get it?! Yep, F-1 signifie qu'il ne me reste plus qu'un seul examen.
Ce matin j'ai eu droit à Structural Analysis II. Le cours n'est pas évident, le prof donne des home
works de fada pendant tout le semestre et le "final exam" vient ponctuer en beauté tout cela. C'est simple, le début de l'examen était à 8h00 ce matin et on avait jusqu' à 18h pour venir à bout du sujet. Honnêtement je ne pense pas qu'il faille 10h pour finir ça, mais 5h, je comprends. J'ai plié la chose en 4h30. Si on ne regarde que le temps, je suis dans le premier tiers. Maintenant je ne sais pas si la note sera du même calibre. Mais pour tout vous dire je m'en fous un peu puisque dans deux jours je suis en vacances. En fait j'ai appris aujourd'hui que l'on avait un projet à finir pour vendredi. Ce qui signifie qu'officiellement je ne suis pas en vacances avant d'avoir fini ce fichu projet. Si j'avais été en France je peux vous dire que je me serais occupé personnellement de ce "pont d'observation des cétacés" et tout aurait été bouclé avant les DS. Mais je suis aux US, en tant qu'étudiant d'échange, donc je ne vais pas trop m'occuper de ça. J'ai fait ma partie, maintenant je laisse les trois Amerlocs se dépatouiller tout seul avec leurs assignations respectives. Moi, dans deux jours je vais faire le touriste en ville et surtout préparer mon départ. Vu que je pars en rando, je ne vais pas prendre tout mon bazar. Mais comme il faut libérer la chambre avant dimanche midi, il va falloir que je "pack" tout. Et puis comme au fond du Grand Canyon il n'y a pas de supermarché, il va falloir que j'aille faire les courses pour une semaine. Bref, j'aurai d'autres choses à faire qu'à me demander si le "watching deck" peut supporter une charge répartie et résister à des vent de 105 km/h .
Là que je vous parle de ranger, figurez vous que depuis quelques jours les allers et venues de voitures de parents n'arrêtent pas. C'est le même cinéma qu'à l'INSA. Mais à Lyon je comprenais que certains aient un zouk pas possible dans leur chambre. Sur le campus de la Doua les élèves logent dans de petits studios. Ce n'est pas l'Elysée, mais il y a quand même de la place pour stocker des choses inutiles. En revanche, sur le campus de IIT, les chambres proposées par le MSV sont minuscules. Sachant que certains étudiants sont énormes, je me demande comment est-ce que c'est possible de tout faire rentrer dans ces boîtes à lapins que sont les "MSV's bedrooms". Sans raconter d'histoire, hier j'ai vu étudiant qui chargeait une camionette "budget" avec un foutoire d'enfer. Et je suis certain que c'était un van uniquement pour lui parce que le camion qui s'occupe des frigos (vous pouvez demander à IIT de vous fournir un frigo pour l'année, à condition de payer bonbon... Et il est interdit d'amener son propre frigo). Non, sincèrement je crois qu'il y a des chambres de IIT qui n'ont rien à envier aux souks de Marrackech et de Casablanca!!

Les vacances et les Américains qui débarrassent leur orgie, c'est le côté marrant et plaisant de la fin d'année. Ce qui est moins plaisant c'est de se dire que dans moins d'une semaine je vais quitter quelques bons copains que je me suis fait à IIT. Pour immortaliser tout cela Magnus le Norvégien nous avais donné rendez-vous pour une photo de groupe hier à 14h. Evidemment j'ai traîner les pieds pour y aller et il a fallu que Skip' et Magnus tous les deux ensemblent m'extirpe de ma chambre. Ce n'était pas le fait que je n'étais pas coiffé (je suis allé chez le coiffeur samedi matin et j'ai les cheveux tout court). Ce n'était pas non plus le fait que "je ne suis pas photogénique", excuse de fille. Je ne sais pas si je suis photogénique, mais j'en ai pas grand chose à faire. Non, ce qui me dérangeait plus c'est que cette session photo allez bien sûr être squattée par les Espagnols. Je ne suis vraiment pas copain avec les Espagnols Ils restent entre eux, parlent espagnol entre eux, ne vont que dans des soirées espagnoles... Bref, ce n'est pas ma tasse de thé. Ceci dit il y en a tout de même quelques uns de sympathiques.
En fin de compte je suis allé à ce "photo shoot" et je peux donc voir ma tête dans un certains nombres d'albums de facebook. Ce qui est bien sur ces photos, c'est qu'il y a les trois zozos que j'appelle des copains: Skip' le Français, Johannes le German et Magnus le Norvégien. Ce sont sans doute les trois qui vont le plus me manquer l'année prochain. Il me reste encore quelques jours avec eux, alors il va falloir en profiter... Et puis j'ai bien envie de faire une petite crasse à Johannes. J'ai ma petite idée en tête. Je vous rep
arle de ça un peu plus tard, je ne veux pas que mon plan parvienne aux oreilles de Johannes. Si les murs ont des oreilles, les blogs ont la langue bien pendues!
Allez, il est temps de s'arrêter. Un petit coup de projet ce soir (oui, je ne vais tout de même pas les laisser tomber comme ça mes petits Ricains). Quelques petits mails pour préparer mon trip. Une bonne nuit de sommeil et un solide petit déj avec Magnus demain matin et je devrais être d'aplomb pour mes dernières révisions!


Sinon beaucoup de monde ici est en pleines révisions... Skip' fait partie de ceux-là... Enfin, à sa manière!



vendredi 8 mai 2009

j-5, half way


Deux de passés, deux à venir. Le calcul est simple: j'en ai fait la moitié. Evidemment je ne parle pas de la durée parce qu'entre j-7 et j-5 il n'y a pas un facteur deux, mais je raisonne en termes de "final". Après celui de mercredi soir, je viens d'encaisser ce soir (oui oui, vendredi soir de 18h25 à 21h) le second.
J'ai l'air d'en faire tout un plat, mais les partiels de IIT, c'est de la rigolade en comparaison de ce que peuvent nous servir les profs de l'INSA. Ici tu as largement le temps de lire l'énoncé, faire les exercices et te relire. A l'INSA il y a des fois où tu passes plus de temps à lire le sujet qu'à essayer de résoudre le problème. D'ailleurs, en parlant de ça, je peux vous dire que celui qui a dit "il n'y a pas de problèmes, il n'y a que des solutions" n'est pas passé par la case INSA de Lyon! Enfin ce n'est pas le sujet.
Dans 5 jours je suis en vacances... Et j'ai du mal à m'en rendre compte. Il faut dire que j'ai toujours du mal à réaliser que je suis à Chicago. Je n'arrive pas à m'y faire. Tous les jours lors de ma petite sortie sur le Lake Shore je me fait la réflexion: "non de non je suis à Chicago!! Incroyable". Ce qu'il y a d'incroyable, c'est qu'il y a deux jours c'était l'été. Après les pissenlits, les bateaux et les poussins des oies, ce qui ont fait leur retour il y a deux jours sont les plagistes. Ils ne sont pas encore nombreux, mais sur la petite plagette du bout de la 31ème, j'an ai aperçu quelques uns se faire dorer la pillule hier. J'espère qu'ils ont fait provision de soleil et de chaleur parce qu'aujourd'hui c'était plutôt gris et il paraît que demain il va faire 8°C le matin. Ca va nous changer des 26°C d'il y a deux jours. Pourvu que l'hiver ne fasse pas un retour à la façon Barcelone. Vous avez regardé la demi finale retour de ligue des Champions entre Chelsea et le Barça? J'avais final à 18h25 ce soir là, mais en bon européen, je suis allé me poster devant le petit écran (enfin, c'est un grand écran). On était bien une quarantaine. Il y avait les supporters de Chelsea (avec le maillot et tout et tout) et ceux de Barcelone (avec leur équipement). L'ambiance était géniale et je ne regrette pas d'avoir assisté à cette confrontation Anglo-Espagnole. Je reste cependant divisé quant au résultat final...
Bien que je n'ai toujours pas assimilé le fait que je suis (et plus pour longtemps) à Chicago, il me faut préparer mes vacances. Mon programme est déjà tout établi et mes billets sont réservés depuis un moment, mais il me reste encore quelques broutilles à régler... Et puis surtout il y a un facteur que je ne contrôle pas et qui commence à me turlupiner: la météo. Ma première étape sera le Grand Canyon (je garde les suivantes pour plus tard). Connaissant ma passion pour les night clubs, vous vous doutez bien que je ne vais pas à Grand Canyon Village (on dirait le nom d'un parc d'attraction:-) pour faire la bamboula tous les soirs. Je ne pense même pas que ce soit possible. Mon plan est de randonner dans le Grand Canyon pendant 5 jours avant d'aller voir ce qu'il y a un peu plus à l'ouest. Le Grand Canyon est un endroit chaud et sec. Normalement je n'y serai pas au moment le plus chaud, ni au moment le plus sec... Et c'est bien ce qui me tracasse. Il n'est pas tombé une goutte d'eau en Arizone depuis belle lurette et la météo est de plus en plus nuageuse par là-bas. Je n'ai pas envie que les nuages viennent pleurer au-dessus du Colorado pendant que j'y serai!! Enfin, j'ai encore un peu de temps, mais tout de même.
Right now je vais me concentrer sur le week-end. Demain la FRA organise un tournois de pétanque, ou plutôt une démonstration de pétanque. En tant que Français (et mon jumeau imaginaire d'ajouter je dirais même plus, en tant que Marseillais), je me dois d'y assister. La météo ne sera semble-t-il pas terrible, mais ça devrait le faire. Sinon j'irai aussi peut-être chez le coupe tiffes parce que ça commence à faire forêt vierge au dernier étage... Et puis je vais essayer de profiter de mon dernier week-end à Chitown!!!


mercredi 6 mai 2009

J-7: lancement des hostilités


Voilà, c'est parti, le dernier compte à rebours est lancé! Je suis sorti depuis peu de mon premier final, ce qui signifie que dans moins de 7 jours, je suis en vacances. D'ici là il me reste une matinée de cours (demain matin) et 3 finals. Ca devrait le faire. Le problème c'est que je suis de plus en plus impatient de partir en vacances. Le programme que je me suis concocté est tellement palpitant. Promis, dans mon prochain post je vous dit où je vais!
Pour le moment je ne vais pas vous raconter mon interro (à moins que y teniez vraiment) mais je vais vous parler un peu de baseball. Chose promise, chose due. Mais avant de commencer, je tiens à vous dire que je ne suis pas encore allé voir un match de baseball et je ne pense pas que j'irai. J'ai tout juste zyeuté un peu à la télé et puis lorsque l'équipe de IIT jouait. Mais je ne suis vraiment pas fan.
Je trouve qu'il n'y a rien de plus chiant qu'un match de baseball. D'ailleurs il n'y a qu'à voir ce
que font les spectateurs: ils ne regardent pas le match, ils mangent! Autant, si vous restez le nez collé sur votre burger pendant un match de foot US vous risquez de rater quelque chose, autant durant un match de baseball je conçois tout à fait que l'on puisse délaissé le jeu. Enfin, "jeu" est un grand mot. Pendant un match de baseball il ne se passe pase grand chose. En gros le pitcher lance la balle, le batteur la rate donc le catcher l'attrape et la renvoie au pitcher et le cycle peut alors reprendre. Cela dure jusqu'à ce que l'arbitre placé derrière le catcher s'excite et se mette à faire des tas de gestes avec les bras (un peu comme ceux qui font du taekwendo). Alors là il y a rotation, à savoir que les deux équipes échangent leur position. Bref après un moment à essayer de comprendre comment ça marche vous commencez à pioncer ou à observer les gens autour de vous... C'est à ce moment précis, moment où vous ne faîtes plus attention au jeu, que soudainement tout le monde se met à courir de partout, les gars crient, bientôt suivis par les supporters. Le temps que vous vous recentriez sur l'action, tout est déjà fini et le pitcher a récupéré la balle pour que le cycle "boring" puisse recommencer. Bref, c'est vraiment nul. En fait, les seuls souvenirs que vous emporterez à la fin du match seront des tâches de coca sur vos vêtements à cause de l'olibrius de devant qui a levé les bras en signe de victoire lorsque son équipe a fait un homerun alors qu'il avait son mug plein de "drink" et des postillons saveur "french fries and burger" (ce sont les meilleurs:-), dons de votre voisin de derrière qui ne pouvait pas s'empêcher de hurler comme un putois à chaque fois que le pitcher de l'équipe adverse s'apprêtait à lancer. Allez, je me la fait: Baseball sucks!
Mais en dépis de tout le mal que j'ai pu vous dire sur ce sport depuis le début de cet article, j'aime bien les White Sox. A Chicago il y a deux équipes: les Cubs et les White Sox. Depuis la fenêtre de ma chambre je vois le stade des White Sox. Je n'y suis jamais allé, mais je suis au courant à chaque fois qu'ils jouent à la maison... Et surtout à chaque fois qu'ils font un homerun. Comment est-ce que je le sais? Non pas en allumant la radio, internet, la télé ou je ne sais quelle nouvelle technologie, mais tout simplem
ent en regardant par la fenêtre... a chaque fois que les Sox marquent un point, ils tirent un feu d'artifice, un peu comme un bateau balance ses fusées de détresse. Lorsque le match a lieu le soir c'est terrible. J'ai mon petit feu d'artifice perso trois dans la soirée. Lorsque le match a lieu à 15h là c'est moins bien. Enfin, j'ai le bruit!
En parlant de bruit, il y en a un qui en fait du bruit et qui me casse drôlement les oreilles. Lorsque j'ai entendu ce sifflement pour la première fois je croyais que c'était un sifflet de gamin. Vous savez, le genre de bidule que l'on gagne à la pêche à la ligne lors de la kermesse de fin d'année. C'est un sifflet en forme d'oiseau. On met de l'eau dedans et puis on souffle et ça fait du bruit. Généralement on joue avec un moment, jusqu'à en avoir marre, ou plutôt jusqu'à ce que nos parents en aient marre et nous le confi
sque. Mais le bruit a duré, duré, duré. J'ai fini par perdre patience et j'ai fini par repéré le rigolo à l'origine de ce tapage diurne. Figurez vous que c'était pas un enfant, mais un oiseau. Pas un gros engin, un tout petit bidule de rien du tout. Mais attention les oreilles!!! A croire qu'il ne s'arrête jamais celui-là! Il est aussi bruyant que ces plumes sont chatoyantes et sa coiffure délurée. Vêtu tout de rouge, portant une crête et chantant à tu-tête, il ne passe pas inaperçu!
D'après Skip', qui tient ça d'une Américaine, ce petit excité, viendrait d'Amérique du sud. Ses ancêtres se serait échappé de leur cage lors de l'exposition universelle de 1893 qui se déroulait à Chicago. J'ai bien essayé de confirmer cette information sur internet mais mes recherches sont restées au point zéro. Si par un heureux hasard vous parlez le langage de ce sacré numéro de petit oiseau, faîtes le moi savoir. Je vous mettrais en relation avec celui qui a élu domicile sur la branche en face de chez moi. Que l'on sache au moins d'où il vient cet oiseau d'opéra!!


Le petit oiseau rouge chanteur est tout de même classe. Ce n'est pas le cas des baseball players qui, tous assis côte à côte sous leur abrit, ressemblent à des poules ! A partir de maintenant on ne dit plus "le terrain de baseball", on dit "la basse court"!

PS: merci pour la photo Skip'


dimanche 3 mai 2009

Pétanque, tente et... No discussion

Et bien voilà, le week end touche à sa fin. Mais il reste encore toute la soirée pour faire tout ce que l'on a pas fait pendant la journée. Je dis "on" et pas "je" parce que je ne suis pas le seul à avoir bien profité de mon ma fin de semaine. Vous êtes partant pour un petit compte-rendu. Allez hop!, c'est parti.
Le week end a commencé tôt pour moi étant donné que je n'avais pas classe vendredi. Habituellement j'ai TP, mais je me suis pointé le semaine dernière et il n'y avait personne, donc je n'ai pas refait la même erreur ce vendredi: je n'ai pas pointé le bout de mon nez. Je pense pas avaoir raté grand chose étant donné que pas grand monde était présent. A la place d'un TP à la noix, je suis allé nagé un petit coup et puis courir le long du lac. Les pelouses étaient toujours aussi jaunes et il y avait toujours autant de monde qui s'activait autour des bateaux. Il y a vraiment des gros bateaux, des engins de folie de plus de 15m de long qui doivent boire comme c'est pas possible. Tout en courant je me demandais pourquoi certaines personnes voulaient un bateau aussi gros. C'est vrai quoi, ça boit beaucoup (donc ça coûte cher et ça pollue un max), c'est bruyant (il n'y a pas de voile sur ces gros bidules) et puis ça ne doit pas forcément être facile à manoeuvrer. Mais en voyant les propriétaires de certains de ces yachts j'ai eu réponse à ma question. Beaucoup de gens qui prennent lapéro
sur ces grosses machines sont gros... Très gros... Tellement gros que si vous prenez une photo du bateau avec ses propriétaires sur le pont et que vous ne dites rien, il semble que le bateau à une taille normale! Enfin, ce sont les US: grosses voitures, grosses maisons, gros bateaux et grosses personnes. A part ça pas de coup de soleil à signaler étant donné que mon épiderme commence à avoir l'entraînement.
Le soir, chose n'est pas coutume (enfin, ça fait tout de même près de trois fois en cinq semaines) je su
is sorti. C'était pour la bonne cause: match de Bulls contre Boston puis soirée chez Ben, un Frenchy tout en douceur, délicatesse et retenu (ironique!). Pour assister au match des Bulls on a décollé du campus vers 20h avec Hakim et Skip' direction le Mc Geez. Le Mc Geez est un bar dans le nord de Chicago. Un endroit hyper méga super hypra bruyant mais avec au moins 30 écrans de télé (et je ne compte pas les écrans qui apparaissaient dans le miroir situé derrière le comptoire). Un nombre pareil d'acrans permet à quelqu'un avec un fort strabisme de suivre le match avec ses deux yeux. Mais cela permet aussi de diffuser le match des Bulls en même temps que celui des Black Hawks (l'équipe de hokey de Chitown) et bien sûr de la pub. En terme de résultat sportifles Bulls ont perdu (éliminé des Play Off) alors que les Black Hawks ont gagné.
Avec cette superbe défaite de la bande à Jaochim Noah, on a filé chez Ben. Ben habite à deux pas du Mc Geez... Enfin, officiellement, parce que j'ai cru comprendre qu'il était assez souvent au comptoire. Une soirée dans un appartement est plus sympa qu'une soirée en boîte de nuit. On peut s'entendre, discuter avec des gens... Et puis il n'y a pas de Cerbère à la porte. Par contre, c'était une soirée "teenagers", à savoir que la majorité des gens présents avaient autour de 18 ou 19 ans. En fait il y aavait les Français (donc les potes de Ben), tous autour de 23, 24 ans. Et puis il y a avait les Américains (les potes des coloc de Ben), tous autour de 18 ans.
Je ne suis pas un animal nocturne. J'ai tenu le coup jusqu'à 23h30 et puis je me suis affalé dans un canapé... Je luttais pour ne pas m'endormir. A côté de moi sont venus s'asseoir un gars et une fille (ricains tous les deux). Et ils ont co
mmencé leur travail de court: blablabla. A un moment le garçon s'est levé. La fille m'a regardait et m'a dit "hi". J'ai répondu "hi". Et puis pour engager la conversation, je lui ai demandé si tous ses amis qui étaient là (en train de boire des bière, vodak et autres ou de fumer des cigarettes ou d'autres choses pas très licites) avaient plus de 21ans. Très surprise elle me répond que oui. Je la regarde, "vraiment?". Et elle me répond "Yes sure". Son copain (enfin, celui qui la dragait revient s'asseoir à côté d'elle et je l'entends lui demander "This guy asked me if we all were above 21. Why do you think he did that?!?". J'aurais du lui dire, "yes, I am a policeman officer", on aurait pu rire un peu!
Bref, avec ces histoires on est rentré sur le campus avec Skip' aux alentours de 1h30 (du matin, évidemment) et si Viral n'avait pas encore été en train de travailler, je crois que je me serais couché tout habillé!
Aujourd'hui la petite fiesta de la veille s'est fait sentir dans les pattes. La douzaine de kilomètres a paru un peu plus longue que d'habitude. Mais avec le soleil, les fleurs, les bateaux et tous ces gens à vélo, je suis arrivé au bout!
En rentrant à Keating j'ai trouvé Skip' et son appareil photo. Hier li voulait rentrer tôt pour bosser. Mais apparemment le soleil à pris le dessus sur les homeworks pour tout le monde aujourd'hui! L'équipe de baseball de IIT avait un match. Promis je vous fait un truc drôle là-dessus prochainement.

Après le lunch (pris sur la terrasse du Commons, s'il vous plaît) il fallait enfin commencer les h
omeworks. Mais comment voulez-vous rester devant votre bureau à essayer de comprendre comment la rotation suivant l'axe d'une poutre consistuant la direction principale du repère local va influencer la matrice de rotation? Honnêtement?
Bref, on a décidé d'un comment accord avec Khaled, Skip' et Johannes que les homeworks attendraient ce soir (voir peut-être plus). Après un hiver glacial et un printemps pluvieux, il fallait profiter à fond du temps printanier. On a donc tous les quatre passés notre après-midi à monter la tente (certes elle n'était pas chère et elle n'est pas lourde, mais c'est de la très très mauvaise qualité!) puis on a fait une pétanque.
Ne vous inquiétez pas, aucun d'entre nous avait un jeu de pétanque dans ses valises. Les boules ont été commandées par IIT pour le compte de la FRench Association (FRA) qui doit (alors ça va se faire Skip'?) organiser un tournoi proc
hainement. Ce sont des boules OBUT, tout droit arriver de France. La pétanque c'est apparemment comme la cuisine. Il faut suivre les indications figurant sur l'emballage. Sur la boîte il y a marqué "un pique, nique, un chemin, une après-midi ensoleillée, des copains, un bonheur". On avait tout sauf le chemin. Impossible de trouver un chemin avec 3 gravier à IIT. Donc faute de chemin on a joué sur la pelouse. C'est une autre surface. La boule n'a pas le même comportement, pas la même vitesse et il faut adapter son jeu. En fait, la pétanque c'est comme le tennis (et comme la cuisine:-).
Voilà, maintenant que l'on s'est bien amusé on va essayer de faire les homeworks, projets et révisions de finals. Ca risque d'être moins amusant. De toute façon dans 10 jours c'est fini!


PS: No discussion!, c'est parce qu'à chaque fois qu'il fallait compter les points, Khaled nous lançait, si il y avait 3 points pour son équipe, "three points, NO DISCUSSION"!




Voilà ma maison pour 4 semaines... Enfin, il me reste encore quelques nuits dans les dorms avant. Le problème c'est que j'ai déjà un squatter!!

Johannes aime bien la rigolade (je devrais même dire aime beaucoup la rigolade). La partie de pétanque s'est donc terminée en trap-trap dans le jardin d'enfants se trouvant sur le campus


vendredi 1 mai 2009

Ras le bol


Chaque année c'est pareil, j'en ai ras le bol. Cette année n'échappe pas à la règle, quoique... En effet, lors de mes dernières années l'INSA, le ras le bol arrivait vers la fin mail, lorsque les températures et le soleil sont plus haut, lorsque les fleurs sont plus belles et plus nombreuses, mais lorsque d'un autre côté les heures de cours paraissent plus longues et les DS interminables. Cette année le ras le bol arrive plus tôt et surtout pour des raisons bien différentes de celles précédemment citées. Attention, c'est parti pour un festival de critique envers IIT et ses étudiants!
On commence par le commencement, avec le début de ma journée. J'habite dans les dorms. Le nom du bâtiment est MSV (Mc Cormick Student Village). C'est en fait un complexe de 6 bâtiments de 5 étages chacun, bref, un g
rand clapier à lapins! Je ne me plains pas de vivre dans un clapier à lapins. C'est l'histoire d'une année d'échange et puis ça permet de vraiment voir la vie étudiante américaine. Ce que j'ai du mal à encaisser c'est que ce soit aussi vêtuste. d'après leur allure, les bâtiments doivent dater des années 50 ou 60. Qu'ils soient toujours debout et exploité passe encore. Mais il faudrait que le foutu personnel de IIT comprennent qu'ils seraient temps de faire quelques réparations!!! Non mais ils sont débiles ou quoi?!? Je me calme un peu et je vous explique le pourquoi de cette colère noire. Il y a dans la salle de bain commune de mon étage une fuite je ne sais pas trop où. Le résultat est qu'environ deux fois par mois la salle de bain est complètement innondée et il vous faut jouer les Moïse pour aller vous brosser les dents le matin. Il y a bien une grille d'évacuation, mais elle n'est pas placée au point le plus bas (je ne sais pas si c'est la faut au gigolo qui a fait la nivellation, ou à ce stroumpf d'architecte qui a décidé qu'une grille d'évacuation placée au milieu ne serait pas dans le rythme de l'alignement des lavabos... Ils sont capables de vous sortir des bêtises pareilles ces clowns!). De toute façon là n'est pas trop la question étant que cette grille est bouchee. Où en étais-je? Ha oui, la salle de bain "flooded" deux fois par mois. Mais jusqu'à présent l'eau était restée disciplinée et s'était contentée de seulement colonisée le carrelage du sol de la salle de bain. Mais il faut croire qu'elle s'en est lassée étant donnée que durant la nuit dernière elle s'est offert une petite excursion sur la moquette du couloir. Lorsque j'ai voulu aller me doucher ça a été l'expédition. Vu la profondeur dans la salle de bain, j'ai décidé d'aller squatter au second. Je n'ai croisé personne dans les escaliers, ce qui est déjà une bonne nouvelle. Imaginez les histoires que vous pouvez inventer si vous voyer un gars aller d'un étage de garçons à un autre étage de garçons, en caleçon et les cheveux tout en pétard à 7h du matin. Non mais sérieux quoi!! Enfin, la moquette est restée imbibée pendant toute la journée et ce soir ça sent drôlement bon dans le couloir. Le housing office a mis un mot dans le couloir, un truc du genre "nous sommes au courant des problèmes présents dans votre salle d'eau et nous faisons le nécessaire pour les réparer". C'est ça oui, et ma grand c'est Margaret d'Angleterre aussi!
Puisque nous sommes dans la salle bain, nous allons y rester encore un peu. Je vous ai déjà
parlé des toilettes et je ne reviendrai donc pas là-dessus. Je vais maintenant vous parler de la douche. Comme je vous l'ai déjà dit à mainte reprises, la seule chose qui intéressent les Américains sont les dollars. Sortis de ça il y a peut-être la bouffe, le foot US et la voiture, mais c'est tout. C'est avant tout le dollars. Ils aiment donc en avoir beaucoup. Mais un truc qu'ils aiment aussi "en avoir beaucoup", c'est la bêtise. Ah oui, ça ils aiment!! Une bonne illustration de ça? Les rideaux de douche. Les douches des dorms sont plutôt modèle "prison des années 1800" que "Yacht Boloré pour Sarko". C'est petit, vieux, rouillé... Et le rideau de douche est tout petit. En fait, les dimensions du rideau sont exactement celle de l'ouverture de la douche. Ouverture de 110cm par 210cm, rideau de 110cm par 210cm. Le problème c'est que je rideau n'est pas une planche rigide. Lorsque vous prenez une douche vous commencez l'inondation. Et puis il ne faut pas laisser ses habits et ses pompes devant la douche parce que sinon on fait la lessive en même temps que l'on se lave.

OK, ça c'est fait. J'aimerais que le housing tombe sur mon blog, ça pourrait être marrant.

Sortont maintenant de la salle de bain. Un couloir de dorms est bordé de portes. Il en faut une par chambre. Comme les toilettes, les lavabos, les copains et tout et tout sont sur le palier il y a beaucoup d'activités. Des gens qui rentrent et sortent de leur piaule sans arrêt. En ce qui concerne notre chambre, je suis certain que personne n'est au courant lorsque Viral ou moi sor
tons. On ne peut pas en dire autant de tout le monde. Il y en a qui n'ont pas compris que l'on pouvait fermer la porte sans la claquer. Moralité, pratiquement 24h/24h on entend des porte claquer... Je commence à en avoir ras le bol!! Vivement que je me retrouve sous la tente. Là au moins il n'y aura pas de portes qui claquent!
Bon, la salle de bain, les portes qui claquent... Je crois que j'ai fait le tour. Je pou
rrais encore me plaindre de la météo (qui est-ce qui a volé le printemps?) et du prof d'analyse des structures qui nous a flanqué un dernier homeworks. Mais vous risqueriez de trouver que je suis chiant. Et puis c'est vrai que je me sens mieux maintenant que j'ai passé mes nerfs sur le blog.
Bon, je vais tout de même finir sur une bonne note. Ce soir il y a eu trois rayons de soleil. Donc je suis
allé courir. La pluie de ces derniers jours à permis de donner naissance à des milliers de pissenlits. Les pelouses du bord du lac ne sont pas vertes, elles sont jaunes. Mais cela ne durera pas longtemps, les employés de la ville sont déjà en train de tondre... Et ça m'étonnerais qu'ils fassent attentino à ne pas décapiter les fleurs. Même si il ne fait pas encore très chaud, il n'y a normalement plus de risques de gel. L'eau est donc revenue (comme par magie) dans les fontaines du campus, de Mc Cormick Place et de Buckingham... C'est beau et agréable à entendre. Je vous avais dit que les bateaux étaient de retour. Mais ils étaient seuls, orphelins. Ce n'est plus le cas! Ce soir il y a avait tout un tas de gens qui prenait le "dinner" sur le pont de leur navire. Avec les gens les voitures sont revenues, de même que les barbecues. Ca fait plaisir.
La météo pour ce week end ne s'annonce pas trop moche. Ca devrait permettre de profiter un peu de
l'extérieur.
Allez, je m'arrête là pour ce soir. J'ai du pain sur la planche: il faut que je plannifie ma bouffe pour mes vacances. J'ai hâte d'y être. Si je m'écoutais je ferais mon sac ce soir!



Les orages du mois d'avril c'est chiant... Mais avec les couleurs printanières et la luminosité orageuse, ça fait vraiment de beaux clichets


A l'INSA les régisseurs ont des tricyles pour se déplacer (avec une petite benne à l'arrière, ils sont vraiment chouette). A IIT ils économise leur graisse, alors ils ont des voiturettes (électriques s'il vous plaît!). On a passé un bon moment à faire les clowns avec Skip' et Khaled (vous ne le voyez pas parce qu'il est derrière l'appareil). Si j'étais resté un semestre de plus je me serais acheter un costume de cosmonaute pour faire style "on est sur la Lune":-)

mercredi 29 avril 2009

s-2, c'était le dernier

(je tiens à décliner toute responsabilité quant à la sorte d'immonde petite queue que font mes cheveux sur ma nuque. De toute façon dans quelques jours je fais tout couper tout court!)


Ça y est, le compte à rebours est lancé: s-2. Normalement dans deux semaines je serai en vacances (en grandes vacances:-). Pourquoi est-ce que cette durée est pour le moment officieuse plutôt qu'officielle? Tout simplement parce que mon dernier "final" était programmé pour vendredi 17 mai, dernier jour de cours pour le semestre de printemps. Vous vous doutez que tout le monde a protesté et a demandé au prof de changer la date. Comme ce prof est un gros flemmard (et oui, ils en ont aussi aux US, ce n'est pas typiquement français) évidemment il a accepté. Donc normalement ce DS de béton devrait être vendredi prochain et je devrais être en vacances dans deux semaines. Vous ne pouvez pas vous imaginez comme je suis pressé d'y être (je vous certifie que vous ne pouvez pas vous imaginer!). Ce qui a de bon ce que la météo actuelle ne me fait pas penser que ce sont les grandes vacances. Avec 10°C et un plafond à 800m depuis 3 jours, j'ai plutôt l'impression que ce sont les vacances de Toussaint qui vont arriver. Mais rien du tout, c'est l'été!! J'espère tout de même que le soleil et la chaleur vont revenir parce que je n'ai pas envie de ressortir ma veste. Et dire que vendredi dernier j'ai pris des coups de soleil sur les épaules à aller courir le long du lac!
Bon, maintenant pourquoi "le dernier". Parce qu'étant donné que l'on a avancé le final de "steel design" (le plus tôt c'est le mieux:-), cours que j'ai tous les mercredis de 18h25 à 21h05, à la semaine prochaine, c'était ce soir la dernière fois que j'entendais professeur Shen me bercer pendant 2h30. Honnêtement, lorsqu'au début du semestre l'INSA m'a demandé de suivre ce cours sachant que je n'avais jamais fait de structure acier avant, je me suis inquiété et j'ai donc été très attentif en cours. Mais après quelques homeworks et u mid term, j'ai eu confirmation que "qui est passé par l'INSA peut passer partout" et je suis allé en cours pour somn
oler. Que ce dernier cours a été long. Ma joie d'en avoir fini avec Shen est aussi grande que ce que ce dernier cours m'a paru durer une éternité!
Ce qui est bien c'est que je vois que je ne suis pas le seul à penser aux vacances. Il n'y a qu'à écouter les conversations "where do you go for vacation?" "when do you leave Chicago?" "did you buy your flight ticket?". C
'est la même chanson sur "fesse book". Les statuts sont tous du style "two more weeks!!!" "got my return ticket" "road trip to California, who is in?"... Bref, personne ne pensent aux finals, mais tout le monde pense aux vacances. Il faut dire que bien souvent l'avant vacances est encore mieux que les vacances en elles-mêmes. C'est vrai quoi, avant les vacances on pense aux vacances. Une fois que l'on y est on en profite un peu et puis on se remet rapidement à penser à la suite. C'est pour ça que j'ai choisi des vacances durant lesquels je ne penserai qu'aux vacances. Explications du pourquoi du comment prochainement. Je vous promets que je vais mettre un peu plus d'articles en lignes ces prochaines semaines. Deux raisons à cette recrudescence de posts. Premièrement parce que c'est l'inverse de ce qui se passe en France: c'est les finals, donc j'ai plus de temps (parce que pas de homeworks:-). Deuxièmement parce que je ne vais pas pouvoir donner de nouvelles par la suite... Toujours à cause de mes vacances.
On a parlé de la durée restante à l'IIT. On a parlé de la météo "parisienne". On a parlé des vac
ances... Je dirais que l'on a presque fait le tour. Ah non, il me faut vous annoncer le GROS titre de l'actualité du jour, enfin, c'est que j'ai vu sur les écrans de télé qui sont un peu partout sur le campus. Il me faut donc confirmer cela. Mais voilà ce qui était écrit: the schwein flu hits Chicago. Je vais essayer de ne pas la chopper. Il faut être en forme pour les vacances, on rigole pas avec ça!!
Bon, maintenant que j'ai fait les nouvelles collective, je peux passer aux nouvelles plus personnelles. Vous vous souvenez sûrement de l'histoire du pantalon. Bon. Vous vous souvenez sûrement de l'histoire du caleçon. Bon. Hé bien il y a quelques jours j'ai écrit un nouveau chapitre dans ce livre du craquage de vêtement. J'allais pour enlever mon maillot de corps. En grand feignant que je suis le l'ai attrapé par le col, juste sous ma nuque et j'ai tiré. Seul la première moitiée du vêtement est arrivé (c'est que je dois être trop baraque) avec toujours ce même bruit si caractéristique, mais dont je commence à avoir l'habitude. Bref, mon pantalon et mon caleçon (ou du moins ce qu'il en reste) peuvent se réjouir, ils ont trouvé un nouveau compagnon pour reste avec eux: mon maillot de corps!
Autre nouvelle toute aussi marrante à propos de Viral (mon coloc). Je vous avais déjà expliqué comme il était maniaque (je suis rangé, il est maniaque). Le bureau est toujours impeccable avec les livres bien alignés et les stylos bien rangés. Il y avais pourtant depuis quelques jours un post it sur son bureau avec toute une liste de tâches à faire. L'une d'entre elles ét
ait "clean desk". Je me suis dit "c'est pas possible, c'est une erreur, ou une blague de ces potes". Mais hier lorsque je suis rentré de ma petite course à pied, il était en train de "cleaner" son "desk". Il a vait enlever tous les livres, les stylos et autres et était en train de frotter son bureau. Je ne sais pas si il est au courant que dans deux semaines il va falloir qu'il lève le camp. Enfin, son bureau est toujours aussi bien rangé mais il est encore plus propre qu'avant. On peut presque se voir dans le reflet!
Je ne fait pas partie des zoulous qui n'ont jamais passé le balais dans leur chambre et chez q
ui on peut trouver sous le lit des cannettes de coca et des paquets de chips datant de l'an pèbre et j'aime que les choses soient propres et rangées. Pourtant à côté de Viral mon bureau ressemble à un champ de bataille. Je ne l'ai jamais nettoyé. Au contraire, il me sert à nettoyer ma gomme lorsqu'elle est sale. Le bois est donc marqué de traces noires, u peu comme un circuit de formule 1 après que Hamilton et consort soient venus jouer à "celui qui pollue le plus vite". Vraiment je me demande ce que Viral l'Indien du Zambie va penser de Benoît le Petit Marseillais de France!